Phényléphrine dans le lait maternel

Certains médicaments sur ordonnance et en vente libre utilisés pendant l’allaitement peuvent causer des effets secondaires négatifs et potentiellement nuisibles à un nourrisson. Les médicaments peuvent également diminuer l’approvisionnement en lait maternel d’une mère. Avant de prendre une ordonnance ou un médicament en vente libre, il est essentiel de consulter un médecin pour assurer son utilisation en toute sécurité pendant l’allaitement.

Phényléphrine

La phényléphrine est utilisée dans les médicaments en vente libre destinés à traiter la congestion nasale. Il agit comme un vasoconstricteur, ce qui explique son efficacité en tant que décongestionnant nasal car il provoque des contraintes nasales. Seulement 40% de la phényléphrine prise par voie orale devient biodisponible ou utilisable dans le corps humain.

Exposition et effets infantile

Comme la biodisponibilité de ce médicament est limitée lorsqu’il est administré par voie orale, il est peu probable qu’il soit présent en grandes quantités dans le lait maternel. Selon la Base de données sur les médicaments et les lactations publiée par les National Institutes of Health, aucune donnée pertinente n’est disponible pour indiquer les niveaux de médicaments maternels ou infantiles ou les effets infantiles après l’utilisation de la phényléphrine pendant l’allaitement.

Effets de la lactation

Bien que l’on ignore si la phényléphrine passe directement dans le lait maternel, il est possible qu’elle puisse diminuer la production de lait. Un autre décongestionnant couramment utilisé, la pseudoéphédrine, a été montré pour réduire l’approvisionnement en lait de plus de 20 pour cent. La pseudoéphédrine est proche de la structure et du mécanisme d’action de la phényléphrine. Utilisez la phényléphrine avec prudence si vous êtes une mère qui n’a pas d’approvisionnement en lait bien établi.

Considérations

Afin de diminuer les effets potentiels de la phényléphrine sur le nourrisson, les pulvérisations nasales ou les gouttes ophtalmiques sont des alternatives qui sont moins susceptibles de provoquer des effets secondaires indésirables. L’American Academy of Pediatrics suggère que les femmes en lactation considèrent si le médicament est nécessaire et assure le choix du médicament le plus sûr disponible. Prendre le médicament après l’enfance, le nourrisson peut diminuer l’exposition au médicament du nourrisson.